HADOPI : Madame Albanel, les Pirates vous disent merci.

Le pillage des oeuvres culturelles via Internet est une réalité. Et un problème réel. Beaucoup pestent contre la loi Creation & Internet, sous des angles variés : faiblesses juridiques et techniques, atteinte aux libertés et au « partage de la culture », défense d’un modèle économique obsolète… Si quelques-uns mênent un combat honnête, la plupart des « internautes en colère » ne sont en fait irrités que par la gêne que ces dispositifs va leur occasionner. Les débats, parallèles à ceux des chambres, que l’on peut suivre dans les forums d’internautes, contiennent de telles absurdités et de telles hypocrisies que le gouvernement n’a sans doute eu qu’à y faire son marché pour se trouver conforté dans ses certitudes.

Dans ce combat épique, il est difficile de savoir de quel côté on peut trouver la plus grande quantité de bétise – sauf qu’on pouvait espérer un peu plus de lucidité du côté de nos dirigeants politiques. En face des positions inacceptables et irresponsables de dizaines de milliers d’internautes, le gouvernement n’a eu de cesse que d’opposer une incommensurable incompétence technique et une formidable incompréhension d’Internet, de ses enjeux, de ses réalités. A dessein, je ne dis pas « de sa philosophie » ou de « ses usages », car précisément on tomberait là dans les mythes et les fausses barbes brandis par tant d’internautes qui n’ont, au fond, « rien compris au film » à vouloir absolument considérer que la chose Internet se distingue du monde réel – alors qu’en fait, l’Internet n’existe pas en tant qu’espace différencié de ce monde réel, ni d’un point de vue philosophique, ni d’un point de vue juridique.

Ce qui a créé, pour tant de personnes, cette illusion, c’est le temps qu’auront mis nos gouvernements à prendre en compte cette extension de l’espace public. Et beaucoup de ses usagers vivent l’arrivée de la loi et des règles dans cet univers comme une intrusion, une dépossession. Pourtant, et ils l’ignorent, ces internautes furibards, pilleurs du travail des autres à travers la toile, ont gagné. Cette loi est leur bénédiction et parfois même, ils le savent : leur gesticulation n’est là que pour tromper l’ennemi, feindre l’outrage et donner à croire que la Hadopi va les gêner. Ils savent, eux, qu’ils auront encore longtemps « un coup d’avance ».

Certes, une frange de la population, celle qui avait tout juste réussi à comprendre comment lancer un Torrent ou chercher un fichier sous eMule, va remiser ses mauvaises habitudes au placard, protéger son routeur et demander aux enfants de la maison de s’abstenir. On peut même espérer une petite remontée des ventes de musique ou de films, car contrairement à ce qu’on a pu lire tant de fois, la plupart des gens (j’ai dit la plupart) ne téléchargent pas pour « partager la culture », pour « tester ce qu’ils envisagent d’acheter » ou parce qu’ils n’ont « pas de budget », mais bel et bien parce que gratuit c’est mieux que payant. Ceux-là, qui ne se passeront pas de films ou de musique pour autant, vont se rabattre sur un approvisionnement plus conventionnel, comprenant évidemment un échange de contenus copiés mais hors réseau et entre amis (clef USB, etc.), mais aussi achat de supports ou téléchargement légal.

En revanche, comment croire un instant que les adolescents téléchargeurs compulsifs, les férus d’informatique bidouilleurs, les collectionneurs invétérés de films HD, les empileurs de MP3, vont déclarer forfait ? La loi Création et Intenet n’existe qu’en France, quelques pays ont renforcé leurs dispositifs juridiques (comme la Suède qui a peut-être fini par comprendre que sa tolérance à l’égard de malfrats tels que The Pirate Bay finissait par agacer), mais la disponibilité des contenus sur le net ne fait qu’exploser chaque jour davantage, soigneusement répertoriés et catalogués sur des sites comme celui précité mais sur bien d’autres encore. Le P2P est une chose, mais il y a aussi les forums de discussions binaires (news), l’IRC, les réseaux souterrains tels que Freenet, les systèmes de connexion par réseau virtuel privé. Tous ces moyens d’accès et d’autres encore sont cryptables, rendant l’exploration hadopienne des contrevenants quasiment impossible.

En remplaçant la lutte contre le piratage massif par une lutte massive contre le piratage, en visant les petits téléchargeurs à coup de dizaines de milliers de mails par jour, en déclenchant une guerre systématique et médiatisée comme le gouvernement est sur le point de le faire, il ne réussira qu’une chose : faire migrer des centaines de milliers d’internautes sur des moyens d’échanges plus secrets. Hadopi va faire exploser le chiffre d’affaires des hébergeurs de news commerciaux, offrant une connexion SSL tranquille et discrète à ses usagers, et celui des proxys payants qui masquent l’IP des utilisateurs. Le raisonnement de gouvernement est certainement qu’en rendant plus difficile, plus technique le fait de télécharger du contenu, il va forcément obtenir une réduction du flux de piratage. Il est certain que cet effet sera tangible pendant un, deux, trois ans peut-être. Peut-être aussi que les majors ne demandent pas mieux, histoire d’avoir le temps d’adapter enfin son modèle économique.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, l’éclosion, la généralisation, l’adoption de systèmes d »échanges cryptés et incontrôlables par un grand nombre d’internautes aura lieu, et sera, elle, ancrée dans les long terme. Etait-ce vraiment l’objectif du gouvernement que de favoriser la naissance d’un espace largement fréquenté, crypté, non surveillable, qui, lui, va peut-être commencer à ressembler à un lieu « philosophiquement et juridiquement » différent ?

~ par renaudbb sur 4 avril 09.

5 Réponses to “HADOPI : Madame Albanel, les Pirates vous disent merci.”

  1. Comme tu le dis sur Clubic, l’auteur de cet article c’est quelqu’un que tu connais, même très bien.
    Tu nous offres là un excellent texte, belle maitrise du fond et de la forme.
    Un bien joli style.

    Ça faisait un moment que je ne t’avais pas lu.

    A bientôt mon ami🙂

  2. Bien écrit ce panorama de la relative inutilité d’Hadopi. Les enjeux pourtant évidents sont plus clairs : réduire le massif, laisser les pros pirater en paix. Il est vrai qu’en dehors de la bulle Internet de laquelle on a parfois du mal à sortir, cette loi fera chuter le piratage chez une partie de la population. Les majors seront contents, l’Etat sera contents et les gros pirates seront contents. Reste que j’ai encore des doutes sur l’applicabilité de cette loi. A voir, je suis curieux !

  3. pour completer, sous un autre angle de vue !
    http://petaramesh.org/post/2009/03/10/Hadopi-dans-ta-face-ou-larroseur-arrose

  4. Shuret : « laisser les pros pirater en paix » peut difficilement être considéré comme un « enjeu », en revanche ils ont au moins dans un premier temps laissé cette « cible » (les utilisateurs de SSL, d’anonymiseurs…) de côté car lutter contre elle nécessiterait des mesures encore plus difficiles à faire passer légalement. Pour le gouvernement, rendre marginale l’utilisation de bittorrent et d’emule est sans doute déjà un beau challenge.

    Phil : j’avais lu cet article déjà, mais il me semble un peu naïf « à vue de nez » tant qu’on ne connait pas réellement les tenants et aboutissants techniques de ce « mouchard ». De plus, je pense qu’une famille qui aurait recours à ce genre de subterfuge se mettrait dans une position légale délicate : détournement délibéré du dispositif, abus de droit…

  5. @rbb : j’aime bien et je souscris à ton article. J’ai trouvé marrant le point de vue de celui dont j’ai posté le lien. Les solutions présentées sont probablement possibles pour 2% de geek.
    Mais je ne sais pas s’il y a une (bonne) solution. J’ai lu que maintenant c’est la NSA qui n’était pas d’accord avec du Hadopi like version US en raison du tout crypté et sécurité nationale !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :